Les hydrolats sont  des produits aqueux provenant de la distillation  par entrainement à la vapeur d’eau de plantes. Ils sont produits en même temps que les huiles essentielles .

Le terme d’hydrolat provient du latin “hydro”  EAU  et du vieux français “”lat”  LAIT car cette substance présente une apparence laiteuse dans les quelques minutes de la distillation. Il s’applique à toutes les partie de la plante distillée comme les feuilles, les aiguilles, l’écorce,les racines. Ceux obtenus  par distillation  uniquement des fleurs  sont appelés “Eaux florales” (eau de rose,  eau de bleuet, eau de fleurs d’oranger…)

Seules les plantes aromatiques permettent de récolter une huile essentielle et de l’hydrolat. Certaines plantes ne produisent pas d’huile essentielle mais sont distillées uniquement pour leur hydrolat comme le plantain,l’ortie, le bleuet…

Les principes actifs des hydrolats ne sont pas complètement identiques à ceux des huiles essentielles car ils retiennent en solution les principes hydrophiles, ce qui signifie qu’ils se dissolvent dans l’eau (comme les acides ou alcools terpéniques) et sont  également imprégnés des mêmes molécules aromatiques hydrophobes que les huiles essentielles correspondantes mais à moindre concentration – 0,2% d’huile essentielle. Une partie des principes aromatiques présents dans l’hydrolat se trouve à l’état dispersé sous forme ionisée, ce qui montre que l’hydrolat n’est pas simplement de l’eau additionnée de trace d’huiles essentielles . Bien que les hydrolats n’aient pas pas fait l’objet d’étude scientifiques très poussées, il est possible d’avancer  que leur propriétés thérapeutiques, notamment dans le domaine psyco -émotionnel, soit  le fait  de la forte capacité de l’eau  à mémoriser l’information thérapeutique du végétal. Chaque goutte d’hydrolat “contient” toutes les informations de la plante, un peu à l’image de l’homéopathie. Il est même possible d’affirmer que les hydrolats ont un mode d’activité plus subtil et plus complexe que les huiles essentielles et ils pourraient constituer une thérapeutique naturelle porteuse de progrès à mi chemin entre la phytothérapie et l’homéopathie.

L’usage des hydrolats, plus doux que les huiles essentielles, ils  ne nécessitent pas les mêmes  précautions d’usage. Les hydrolats s’utilisent aussi bien par voie interne qu’externe.

  • En externe, leur PH de 5  à 6 les rend particulièrement appropriés pour tonifier  la peau. Ils peuvent-être utilisés dans les soins de beauté (masque de beauté, bain de vapeur),  les soins des cheveux, les soins de bébé, dans l’eau d’un bain, dans un spray….
  • En interne, Les hydrolats ont une action systémique et une efficacité certaine par voie interne.
  • Par voie buccale: ils peuvent s’utiliser pur ou dilués dans de l’eau (froide ou chaude)   ponctuellement ou en cure de 20 jours.
  • En gargarisme: pour une désinfection ou une hygiène de la bouche, gorge, dents….
  • En spray: pour une désinfection ou une hygiène buccale, auriculaire ou nasal.
  • En lavement:  pour  une irrigation du colon ou des voies génitale ( dilution à 50% avec de l’eau tiède).

Bibliographie: Ouvrages recommandés sur les hydrolats  

  • L’hydrolathérapie  de Lydia Bosson. Editions Amyris
  •  Eaux florales et hydrolats de Claire Montésinos. Editions le souffle d’or
  • Dictionnaire complet des hydrolats et eaux florales de Jean-Philippe Zahlkka. Editions Dauphin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *